arts-hybrides

Arts hybrides

Hybrides, comment cela pourrait-il être autrement pour des ornithorynques? L’art n’est pas un territoire de royaumes disciplinaires protégés par des murailles étanches ; l’art n’est pas plus figée que la mer, même la plus calme. Mouvements, survivances, rencontres, métamorphoses, hybridations : tels sont les composants de l’art. D’où l’importance de filmer le travail commun, inédit, des danseurs de hip-hop de la compagnie Pockemon Crew et du chœur Emelthée pour Une Rencontre (2016), qui montre en actes que la diversité culturelle est nécessaire à la vitalité des pratiques artistiques.

Il faut de l’audace pour bousculer les cadres d’une discipline parfois rigides, et même du courage dans le cas de Jean Janoir qui a poursuivit son œuvre de peintre par le numérique, quitte à faire face à ses propres limitations techniques, l’artiste devant retrouver la maîtrise qui était la sienne avec des pinceaux, et au risque d’être confronté à l’incompréhension de certains spectateurs. Le film Janoir, une vie à peindre montre que ce basculement vers le numérique, qui donna naissance à ce que l’artiste nommait des « alterpeintures », a été rendu possible par la fluidité avec laquelle Jean Janoir était auparavant passé de la peinture sur toile à la conception de costumes et décors d’opéras, et même à l’architecture. Comme une continuation par l’hybridation.

Site réalisé avec WordPress. Libre adaptation du thème Yoko de Elmastudio.

Haut